Les troubles « Dys » : émission « C’est pas sorcier » (France 3)

Reportage diffusé le 24/06/2012 sur France 3

Résumé : ils ont du mal à lire, à écrire, à compter, à coordonner leurs gestes ou encore à s’exprimer de manière cohérente. Nous nous intéressons aujourd’hui aux enfants atteints de ce que l’on appelle les « troubles dys ».

Qu’il s’agisse de dyslexie, de dyspraxie, de dysphasie, de dyscalculie, de dysorthographie, ils seraient en France entre 10 et 15% à souffrir de tels troubles de l’apprentissage. Des handicaps invisibles, qui peuvent aboutir à un échec scolaire massif et à une grande souffrance morale s’ils ne sont pas bien pris en charge.

Pour comprendre à quel point ces troubles occupent une place importante dans la vie des enfants qui en sont atteints, Fred va rencontrer de jeunes patients et les adultes impliqués dans leur accompagnement.

Jamy, lui, va installer son laboratoire au Neurospin, un centre de référence en imagerie cérébrale près de Paris, où l’on étudie notamment le fonctionnement du cerveau des personnes «dys».

Mon retour sur le formation CTS – Un Corps Sans Douleur de Christophe CARRIO

Voici l’intitulé d’une formation que j’ai suivi les 12 et 13 Mars 2011 et dont je souhaite vous partager mes premières impressions : celle-ci est enseignée par Christophe CARRIO, coach sportif et athlète de haut niveau (je vous laisse découvrir son parcours en visitant son site dont voici le lien : http://www.christophe-carrio.com).

Ce qui m’a motivée à faire cette formation : le fait que la méthode enseignée rende les personnes autonomes et responsables de leur réalité corporelle, en leur permettant de « retrouver une posture idéale et d’éliminer les tensions ». Parmis ses livres de référence, je vous invite à lire : « Un Corps Sans Douleur » de Christophe CARRIO, Editions Thierry SOUCCAR.

Je suis en effet pour l’autonomie et la responsabilisation, la mienne et celle des autres : le travail d’accompagnement que je propose est d’ailleurs toujours en ce sens, et s’appuie sur le fait que l’état postural d’une personne varie en permanence, en fonction de ce qui se vit à l’instant T, aussi bien physiquement qu’émotionnellement.

Le corps et le mental interagissant en permanence, je me dis qu’une tension physique qui disparait laisse place à une meilleure circulation, donc à un nouveau rythme plus adéquat, libérant ainsi les tensions émotionnelles qui pouvaient être sous-jacentes.

N’échappant pas plus que quiconque aux modifications de ma posture en fonction des tensions quotidiennes que je vis, j’avais déjà compris qu’il était essentiel pour moi de bouger et sentir mon corps bien ancré, bien vivant et plein de vitalité : c’est précisément la raison pour laquelle je varie depuis des années les activités sportives, en fonction de mon besoin du moment, et dans le seul but de me sentir plus en phase avec ma quête de l’alignement corps-mental.

Je n’avais cependant pas conscience que je pouvais créer plus de tensions en adaptant mal les mouvements à ma posture, et encore moins conscience que je pouvais, par cette méconnaissance de ce regard sur mon corps, accentuer une mauvaise posture et risquer d’endommager, à terme, ma structure, en croyant pourtant bien faire !

Je suis donc absolument ravie d’avoir découvert cette méthode à la portée de chacun et pleine de bon sens, et qui répond en tous points à mon besoin de toujours mieux comprendre la subtile mécanique qu’est le corps, dans tous ses états !

Si la découverte de cette méthode vous a intéressé, n’hésitez pas à passer l’info ! Et si vous le désirez, vous pouvez également partager vos retours, commentaires, ou encore me poser vos questions dans la rubrique « Livre d’Or » de ce site : je vous répondrai dès que possible.